« Si tu veux, tu peux revenir. »

Fin avril, j’ai démissionné de mon travail, pour tout un tas de raisons. Et une des dernières choses que m’a dit mon patron, c’était :

Si tu ne trouves pas de travail… si tu veux, tu peux revenir.

Trois mois après, ça me fait toujours chaud au cœur de repenser à ce moment, à cette phrase.

Je n’ai pas été toujours à la hauteur, ya des choses que j’ai mal faites, mon patron m’a dit plusieurs fois qu’il y avait des points à améliorer dans mon travail… mais il m’a dit aussi qu’il voyait un grand potentiel et que parfois ça le frustrait de ne pas arriver à m’aider à le développer. Et je pense avoir apporté beaucoup, aussi.

Trois mois après, je n’ai pas encore retrouvé de boulot, et cet ancien travail-là est trop loin de là où je vis, ce n’est pas envisageable. Et c’est dommage. Parce que je profiterais bien de sa proposition… vous me manquez, bande de gens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To create code blocks or other preformatted text, indent by four spaces:

    This will be displayed in a monospaced font. The first four 
    spaces will be stripped off, but all other whitespace
    will be preserved.
    
    Markdown is turned off in code blocks:
     [This is not a link](http://example.com)

To create not a block, but an inline code span, use backticks:

Here is some inline `code`.

For more help see http://daringfireball.net/projects/markdown/syntax